Roger Moise Baleba : « Un mauvais détergent peut occasionner des brûlures »

Par JDC/La Norme - 09/10/2013

Le chercheur chimiste camerounais au laboratoire de contrôle des qualités à l’IMPM (MINRESI) se prononce sur la consommation des « savons en sachet »

 

Quelles sont les compo¬santes conventionnelles d’un détergent ?
D’abord les détergents c’est quoi ? Ce sont des substances tensio-actives qui, rajoutées en petite quantité dans de l’eau, permettent d’ôter, voir d’éliminer facilement, en les émulsionnant, les graisses et autres salissures fixées à la surface des matériaux divers. Les molécules qui le consti-tuent comprennent deux par¬ties : une qui « aime » l’eau et une qui la « déteste ». La par¬tie qui aime l’eau (hydrophile) libère la tension superficielle de l’eau. La partie qui déteste l’eau (hydrophobe), quant à elle, est attirée par l’huile et la graisse des salissures; elle les déloge et les enlève des tissus. La plupart des déter¬gents contiennent plus d’un surfactif, ce qui leur permet d’éliminer différents types de salissures et de nettoyer di¬vers tissus.
Parmi les autres composants des détergents à lessive se trouvent : des agents de blan¬chiment optiques, des en¬zymes, des fragrances ou par¬fums, des composés alcalins, des anti-calcaires, ,des pro¬duits complexants, des azu¬rants optiques, des conserva¬teurs et souvent du colorant.

Quelles sont les produits qui ne doivent pas faire partir des composantes d’un détergent au risque de les rendre dangereux à la consommation ?
Vous avez constaté plus haut que j’ai cité la composition conventionnelle sans préciser le dosage, en réalité tout dé¬pend des normes techniques de chaque pays par exemple Le règlement de l’Union eu¬ropéenne CE 648/2004 ap¬pliqué depuis octobre 2005, impose sur l’étiquetage des détergents ménagers la men¬tion de tout conservateur ain¬si que celle de 26 substances allergisantes des composi¬tions parfumantes lorsque leur proportion pondérale dé¬passe 0,01 %. Ce règlement a pour objectif de permettre aux consommateurs de choi¬sir plus facilement le bon pro-duit. Aussi, le surdosage des acides et bases devrait être strictement interdit parce que l’entreprise qui fait cela vous permet d’avoir un habit avec éclat sans savoir qu’il y a risque de brulure, de dégradation rapide du tissus en question ; ainsi, il est conseillé de ne pas introduire du phosphate en grande quantité car c’est source d’intoxication pour le monde aquatique avec un risque d’impact sur la chaine alimentaire.

Quelle est l’utilisation appropriée d’un déter¬gent ? (quand on trempe les habits par exemple, combien de temps ils doivent rester tremper dans cette eau savon¬neuse)
Une attitude responsable consiste à : réfléchir sur le besoin de laver autant : un vêtement est-il réellement sale après avoir été porté une fois ? Ne suffit-il pas de l’aérer ? Une nuit accrochée à un cintre sur le balcon per¬met d’enlever la plupart des mauvaises odeurs, privilégier les lessives moins polluantes (préférer les poudres aux li¬quides, plus riches en ten¬sio-actifs ; choisir les lessives contenant des zéolithes au lieu de phosphates ; éviter les adoucissants, parfums, colo¬rants et autres composés de synthèse. utiliser rationnelle¬ment les détergents : essan¬geage : un simple trempage préalable du linge permet de mouiller les fibres et d’ôter la crasse ;Ne pas surdoser la les-sive et utiliser moins de pro¬duit lorsqu’il y a peu de linge ou lorsqu’il est peu sale
Utiliser moins de produits si l’eau utilisée est douce (i.e. sa dureté totale est inférieure à 15 °f) ; l’activité enzymatique étant maximale vers une tem¬pérature de 40 °C, les les¬sives aux enzymes enlèveront mieux les taches organiques à basse température.

 

© atlasdedermatologieprofessionnelle.com
Quels sont les dangers liés à l’utilisation d’un mauvais détergent ?
Comme nous l’avons dit plus haut, un mauvais détergent comme celui que les femmes vendent au bord de la route par exemple, peut occasion¬ner des brûlures à divers de¬grés et aussi abîmer votre vêtement plus tôt que prévu voilà pourquoi vous allez re¬marquer que ces dames ou ces enfants portent généra¬lement des gangs pour servir leur produit.

Comment reconnaître un détergent de bonne qualité ?
Il est difficile pour le consom¬mateur de reconnaitre un bon détergent tout simple¬ment parce que la plupart de ses détergents n’ont pas leur composition centésimale, pour pallier à cela l’Anor et ses laboratoires partenaires comme le laboratoire de contrôle des qualités de l’Ins¬titut de recherches Médicales et d’études des Plantes Médicinales (I.M.P.M) ou alors le centre pasteur du Cameroun de¬vraient vérifier les dosages avant la mise sur le marché et apposer une insigne de conformité.

Un conseil à donner aux consommateurs quant à l’utilisation des déter¬gents ?
Comme nous l’avons dit plus haut concernant l’utili¬sation des détergents, nous, consommateurs, devront évi¬ter l’utilisation abusive des détergents et lors de leur uti¬lisation se protéger les mains si possibles en portant des gants en caoutchouc. Aussi éviter de laisser tremper les vêtements pendant long¬temps de peur d’abimer la qualité du tissu

 





TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos