L’Assiko, le patrimoine du peuple Bassa

Par Simon Mbelek - 09/11/2015

Tout comme la musique, la danse fait partie de la richesse culturelle des peuples africains... Occasion de redécouvrir les origines de cette danse mythique au Cameroun

 

On parle de plus en plus de diversité culturelle comme argument pour le développement des pays africains. La musique, le cinéma, l’art contemporain etc. font partie de la richesse culturelle de l’Afrique. Ces éléments contribuent de manière significative à la croissance de ce continent. La danse est considérée comme un facteur unique et singulier, car elle participe à identifier les peuples. «L’Assiko» fait partie de ce réservoir qui fait la fierté des populations bassas au Cameroun.

Les Bassas sont un peuple bantou d'Afrique centrale établi au Cameroun, dans la région du centre et du littoral, dans le département du Nyong-et-Kellé et Sanaga-Maritime. On trouve aussi les Bassas dans le département du Nkam.

 

© Droits réservés
L’Assiko est une danse traditionnelle camerounaise de guérison, transformée en danse de fête. On retrouve surtout cette danse chez les bassas. Les danseurs évoluent à petits pas en se déhanchant sensuellement. La musique est jouée par des guitares et des percussions traditionnelles (de nos jours, le rythme de bouteilles vides entrechoquées). Puis à certains moments, les danseurs posent sur leurs têtes des bouteilles, tout en continuant leurs mouvements, s’accroupissant et se livrant à des acrobaties.

La danse Assiko a été popularisée par le guitariste “Jean Aladin Bikoko”, un pionnier décédé il y a 2 deux ans. D’autres artistes peuvent aussi être considérés comme des impulseurs de cette danse populaire notamment, Limala Joseph, Olivier de Clovis Bonga, Paul Balomog, Samson chaud gars, etc.






TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos