Hémophilie: un traitement en vue

Par Marie-Noëlle Onana (stg) - 18/04/2016

De concert avec la communauté internationale, le Cameroun a célébré dimanche, 17 avril 2016, la journée mondiale de l’hémophilie sous le signe du changement

 

« Ensemble on peut changer cette situation », c’est le thème retenu cette année pour la journée mondiale de l’hémophilie célébrée au Cameroun dimanche, 17 avril 2016, avec la communauté internationale.

Maladie héréditaire, l’hémophilie touche essentiellement les garçons et provoque des saignements qui ne s’arrêtent pas pendant longtemps. « Il y’a un élément qui manque au patient hémophile qu’on appelle le facteur de coagulation et qui permet d’arrêter les saignements. Le garçon est le seul à contracter cette maladie parce qu’elle lui est transmise par la mère porteuse du chromosome x malade », explique Dr Annick Kumba Kingue, médecin biologiste immuno hématologue au CHU de Yaoundé.

 

© Droits reservés
Le coût du traitement varie entre 200 000 F CFA et 2 millions de F CFA. Pour pallier à cette maladie, des partenariats ont été signés avec les hôpitaux Universitaires de Genève en Suisse pour obtenir gratuitement les facteurs de coagulation à administrés aux patients.

L’hémophilie a pour conséquence, la déformation des jambes, voir même, la mort du patient. « A la longue, les saignements peuvent se produire à plusieurs endroits et la plupart du temps, les articulations vont gonfler, ensuite faire mal, et elle produire des arthropathies chroniques c'est-à-dire les maladies chroniques des articulations », précise le Dr Annick Kumba Kingue, en indiquant que « la maladie peut également entrainer des hémorragies cérébrales, urinaires. Conséquence, le patient peut en mourir s’il n’est pas pris en charge ».




TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos