Grippe aviaire: à l'approche des fêtes, le Cameroun reste en alerte

Par Journalducameroun.com avec Latribune.fr - 13/12/2016

Un peu plus de huit mois après l'apparition de cette épidémie dans plusieurs villes du pays, le ministère de l'Elevage et de la Pêche réitère son appel à la vigilance

 

Au Cameroun, la fin de la grippe aviaire est encore loin. Rien n'augure une bonne nouvelle dans ce sens pour le pays, surtout à l'approche des fêtes. A en croire le ministère de l'élevage et de la pêche, le Cameroun est en état d'alerte. «Le Cameroun demeure sous surveillance active», a dit en l'office d'Etat. Selon l'organisme public, le niveau d'alerte est lié au statut gardé par les organismes internationaux, tels que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Un des collaborateurs du ministre, Gaston Méyébé a précisé que tant que les deux organismes onusiens «n'auront pas déclaré la fin de l'épidémie, le pays doit encore craindre».

Il y a moins de huit mois, le gouvernement avec l'assistance des organismes internationaux avaient découvert un premier cas de grippe aviaire dans une ferme à Mvog-betsi, au sud de la capitale politique, Yaoundé. Depuis, la surveillance sanitaire est plus rigoureuse que jamais alors même que plus de 30.000 volailles avaient été déjà abattues, en guise de prévision.

Malgré tout, l'épidémie de la grippe s'est répandue dans plusieurs autres villes du pays, dont Bafoussam dans la région ouest Bamenda dans le nord-ouest du pays.

Au mois de septembre, la résurgence de l’épizootie était déclarée dans une ferme de Bafoussam. Le gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine, avait alors annoncé la destruction de 16 000 poulets pour éviter la propagation de la maladie.

 

© Droits réservés
Fin d'année compliquée pour les commerçants de volailles
A ce jour, aucun cas de contamination humaine n'a été officialisé et le gouvernement a assuré qu'il a pris les dispositions au cas où cela arriverait. Dans un but préventif, le Dr Taïga, ministre de l'élevage et de la pêche, avait annoncé des mesures pour éviter l'apparition de nouveaux cas de grippe aviaire, dont la fermeture des marchés et l'abattage des volailles.

Mais à l'approche des fêtes de fin d'année, en pleine crise du marché des volailles, les prix ont flambé. Optimiste et analyste, Gaston Méyébé a affirmé que «les marchés seront inondés de volailles bientôt», assurant que le secteur sortait petit à petit de la crise.

Il y un mois, les autorités du pays avaient autorisé l'importation d'un million de poussins d'Europe pour relancer la filière. Alors qu'actuellement les experts de l'interprofession avicole estiment à 18 milliards de FCFA les pertes du marché, le Cameroun est obligé de trouver une solution durable au problème.

Quoiqu'il en soit, afin de contenir le problème, du moins pour la période des fêtes, le gouvernement a annoncé des foires agropastorales du 21 au 26 décembre prochains pour vendre les poulets à bas prix. Une stratégie qui devrait faire redémarrer le marché et faciliter les fêtes de fin d'année.






TOUT L'UNIVERS JOURNALDUCAMEROUN.COM

DOSSIERS

Dossiers

PUBLI-REPORTAGES

SERVICES INTERACTIFS

Forums
Petites annonces

Galeries

Photos