› Eco et Business

Barrage de Mékin: le test préalable à la mise en service raté

Dans le but d’évaluer la capacité réelle de production d’énergie dudit barrage, la société Mekin hydroelectric a fermé les trois vannes de l’ouvrage. Ce qui a causé des inondations

La mise en service du barrage de Mékin – situé dans l’arrondissement de Meyomessala, département du Dja et Lobo, région du Sud – est bloquée par un phénomène d’inondations observé lors d’un récent test. C’est ce que relève la presse publique dans édition du vendredi 20 janvier 2017.

Le test initié en novembre dernier par la société Hydro-Mékin, chargée de la construction et de l’exploitation de l’ouvrage, consistait à fermer les trois vannes de l’ouvrage afin de voir à combien s’élève sa production réelle d’énergie.

Les vannes sont des dispositifs permettant l’ouverture, la fermeture et la régulation de l’eau par le fond. A Mekin, leur fermeture a causé des inondations dans l’arrondissement de Bengbis et la détérioration du réseau routier.

Des mesures avaient été prises par les autorités pour remédier à la situation. Il s’agit notamment de : l’ouverture d’une voie de contournement à partir de Nkongmekak ; du lancement des appels d’offres pour la construction des ponts au-dessus des fleuves Mianga et Lobo ; du recasement des populations riveraines.


Le barrage de Mékin comprend une usine de pied d’une puissance estimée de 15 MW et une ligne d’évacuation d’énergie de 33 Km le long de Mekin, au lieu-dit Ndjom Yekombo. Il devrait alimenter prioritairement l’ensemble des huit communes du département du Dja et Lobo, département d’origine du chef de l’Etat Paul Biya.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut