Politique › Sécurité

Boko haram: Un soldat camerounais tué

©Droits réservés

Le Caporal Itoé a marché sur une mine alors qu’il effectuait justement une mission de déminage sur l’axe Banki -Kumshe-Gulumba Gana au Nigeria

Depuis plusieurs mois, la secte Boko haram, en déroute, n’ose plus affronter les forces armées camerounaises ou la Force multinationale mixte déployée sur le terrain. Elle a alors opté pour les attaques sournoises, en utilisant des bombes humaines (des jeunes filles surtout). Les membres du groupe djihadiste ont aussi trouvé pour astuce de miner les axes utilisés. Une stratégie qui fait des victimes côté camerounais.

C’est ainsi que, le 04 mars dernier, le caporal Itoe Walter a posé le pied sur le détonateur d’une mine. Le soldat du génie militaire était en opération de déminage pour le secteur 1 de la Force multinationale mixte sur l’axe Banki -Kumshe-Gulumba Gana au Nigeria. Il est mort sur le champ. Son camarade, le sergent chef Hamidou a été grièvement blessé et évacué d’urgence par les véhicules d’escorte du général Bouba Dobékréo, commandant du secteur 1 de la Force multinationale mixte, qui rentrait  d’une mission de contrôle de 72 heures dans les secteur des opérations. Pour l’heure, difficile de savoir si le pronostic vital du sergent chef Hamidou est engagé.

La mort du caporal Itoe est empreinte d’ironie. Le Secteur 1 de la Force multinationale mixte a récemment acquis des détecteurs de métaux pour la sécurisation des axes très minés. Le sergent chef Hamidou et le caporal Itoé ont été déployés pour détecter d’éventuelles mines posées la nuit. Plusieurs routes ont été créées dans la zone pour dévier l’axe principal. Vu les multiples déviations effectuées par les multiples passages pour éviter l’axe principal, plusieurs routes se sont créées. Un premier axe a été scanné sans souci par l’équipe. Lors du scanning du second axe, le caporal Itoe a marché sur une mine, ce qui lui a coûté la vie. Un énième sacrifié dans cette guerre contre Boko haram.


 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut