Bon plan

Les chutes de la Lobé se laissent apprivoiser

Les chutes de la Lobé se situent à 300 kilomètres au sud-ouest de Yaoundé, capitale du Cameroun. Leur particularité réside dans ce vaste ensemble de ruisseaux s’écoulant en une série de cascades sur une distance de 1 kilomètre, pour former un nuage majestueux de chutes, dont la plus haute mesure un peu plus de 20 mètres. La Lobé, au terme de sa course, se jette directement dans l’Océan Atlantique en formant de somptueuses cataractes. Pour les peuples Batanga, Maabi et Pygmée qui vivent à leurs abords, les chutes de la Lobé représentent un haut lieu de croyance et sont généralement associées aux divers rites cultuels et culturels liés à l’eau du fleuve et à la mer. L’étendue du site et l’importance que joue ce paysage culturel dans la vie de ces peuples soulignent la nécessité d’associer ces derniers au processus de gestion et de préparation de la proposition d’inscription des chutes de la Lobé au patrimoine mondial.

En avril 2006, les autorités camerounaises ont envoyé une nouvelle liste indicative comprenant les chutes de la Lobé, site qui représente une valeur à la fois culturelle et naturelle, dans le but de proposer son inscription au patrimoine mondial en 2007.

Quelques avis de visiteurs recueillis sur des sites spécialisés:

 

« L’une des plus belles chutes d’eau que j’ai pu voir dans ma vie, facile d’accès, les locaux sont très accueillants et la ballade en pirogue ou l’on vous emmène aussi près de la chute d’eau c’est juste waouhhh »

« C’est une attraction naturelle qui vaut le déplacement. C’est encore mieux depuis que l’accès a été facilité par la construction d’un axe routier. Au cœur de la nature, quand on y est, une sensation de fraîcheur, de liberté, d’extasie… en parfaite communion avec la nature qui dévoile encore à quelle point elle peut être belle, loin de nos artifices. »

« Paysage magnifique dans environnement naturel. La ballade en pirogue pour traverser jusqu’à l’autre rive est épique et assure un rafraîchissement assuré! Possibilité d’acheter des cocos pour boire l’eau la paille en attendant l’embarcation. L’idéal est de s’arrêter manger des crevettes »

 

Enregistrer

Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal du Cameroun et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut