Société › Kiosque

Cameroun: ce vendredi, les journaux abordent des sujets qui fâchent

L’indépendance des peuples anglophones, l’inquiétude sur l’organisation de la Can féminine Et la suspension des lignes téléphoniques à des entreprises publiques occupent les colonnes de la presse

Les journaux camerounais parus vendredi, 30 septembre 2016, arborent des titres se rapportant à des sujets politiques, économiques et sociaux qui fâchent.

En couverture du quotidien The Guardian Post, c’est la veillée d’armes pour la Southern Cameroon National Congress (SCNC), un mouvement sécessionniste des régions anglophones du pays qui, tous les 1er octobre, manifeste pour exiger l’indépendance de cette partie du pays anciennement colonisée par la Grande-Bretagne.

Selon cette publication, plusieurs groupes de pression anglophones sont ainsi préparés pour la confrontation avec les forces de maintien de l’ordre, au moment où des avocats anglophones annoncent une mise en scène publique dans les rues de la métropole économique, Douala.

De même, ajoute The Guardian Post, le SCNC est bien décidé à faire une démonstration de force samedi dans les principales villes stratégiques des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest que sont Bamenda, Buea, Kumba, Kumbo ou encore Mamfe, où le drapeau de l’indépendance du peuple anglophone sera hissé.

La même tension transparaît sur quatre colonnes en une du Quotidien de l’Economie, qui ne cache pas ses inquiétudes sur l’organisation de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) dames, prévue du 19 novembre au 3 décembre prochain, au lendemain d’une réunion du Comité national de préparation.

A 50 jours du coup d’envoi de la compétition : dans tous les compartiments, rien n’est prêt, des retards et des contingences laissent planer le doute sur le respect des délais.

Il est constant, au regard des comptes rendus effectués par les ministres concernés par la préparation de la CAN 2016 que les dépassements budgétaires sont la règle, l’ensemble desdits dépassements budgétaires étant estimé par le journal à près de 10 milliards FCFA.

Un autre sujet à polémique et qui s’affiche en couverture de l’hebdomadaire l’Epervier Plus : la suspension des lignes téléphoniques à des entreprises publiques par la Cameroon Telecommunications (Camtel), suite à de nombreux et importants impayés.


Le Premier ministre, Phielmon Yang, a «abattu en plein vol» le directeur de la société d’Etat, David Nkoto Emane, qui semble ainsi avoir signé son arrêt de mort parce que sommé de rapporter son opération de recouvrement forcé des créances.

C’est «la tragédie de CAMTEL», souffle Mutations qui, en ch ur avec The Guardian Post a du mal à comprendre que c’est le chef du gouvernement en personne qui encourage les mauvais payeurs alors que l’opérateur public doit, entre autres, utiliser les fonds recouvrés pour renouveler son outil de production en prélude à la CAN dames.

Dans cette ambiance morne, il n’y a que le quotidien à capitaux publics qui, avec son titre : «TIC à l’université : utilisation optimale», tente de chasser le cafard.

Se fondant en effet sur les recommandations de Philemon Yang aux ministres concernés, la veille en Conseil de cabinet, le journal indique que les technologies de l’information et de la communication, avec le don présidentiel annoncé de 500.000 aux étudiants, est de nature à vulgariser l’accès à la recherche et à la société du numérique.

Cet enthousiasme est toutefois douché par son confrère Emergence, qui précise que les appareils promis aux jeunes des universités ne peuvent leur parvenir avant février, voire mars prochains et ce alors que l’année académique vient de débuter.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut