Politique › Sécurité

Cameroun: le Japon octroie plus de trois milliards de F pour les réfugiés

Ce financement est destiné aux réfugiés nigérians, centrafricains et aux déplacés internes qui ont quitté leurs localités pour fuir les violences. Il sera reparti entre toutes les organisations impliquées dans la lutte contre Boko Haram

Le Japon renouvelle son soutien aux autorités camerounaises dans la lutte contre la secte islamiste Boko Haram. Le gouvernement nippon vient en effet d’accorder un financement de 6,21 millions de dollars au Cameroun (3 701 milliards de F CFA), affecté par la double crise sécuritaire et humanitaire qui sévit dans le nord du pays.

Ce financement censé aider les déplacés internes de la région de l’Extrême-Nord ainsi que les réfugiés nigériens et centrafricains, est reparti entre plusieurs programmes des Nations unies dans le cadre de la lutte contre Boko Haram.

Il s’agit entre autres du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (HCR), pour le projet “Protection pour les réfugiés centrafricains et nigérians et personnes déplacées interne au Cameroun” ; l’Onufemme qui s’emploie à lutter “contre l’extrémisme violent à travers une prise en charge adéquate des femmes et des filles ex-otages de Boko Haram”, ou encore l’Unicef.

Cette contribution réitère le soutien et la solidarité du peuple japonais envers le Cameroun et témoigne un grand respect du travail acharné des Organisations des Nations Unies pour apporter des solutions durables aux besoins croissants et urgents des populations affectées par les crises”, a déclaré Kunio Okamura, l’ambassadeur japonais au Cameroun.


En mars 2016, le Japon débloquait une enveloppe de 17,2 millions de dollars pour venir en aide aux populations sinistrées de l’Extrême-Nord et de l’Est du Cameroun.

Frontalier du Nigeria où sévit la secte islamiste Boko Haram et de la Centrafrique où les conflits armés se font persistants, le Cameroun accueille selon les chiffres officiels 554 000 réfugiés centrafricains et 70 000 réfugiés nigérians.

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut