Société › Kiosque

Cameroun: la mauvaise gouvernance en couverture des journaux ce lundi

Les atteintes à la fortune publique et les faits de société tiennent la vedette dans les journaux camerounais parus ce 17 octobre 2016

Un préjudice de 750 millions FCFA au détriment du Trésor public, c’est l’accusation portée contre le coordonnateur du Programme de sécurisation des recettes routières (PSRR), Hamadou Yanoussa et qui, selon le bihebdomadaire L’ il du Sahel, a été interpellé et écroué à la prison centrale de la capitale depuis la semaine dernière.

Tout est ainsi parti d’une mission de contrôle initiée par le ministre des Travaux publics aux fins d’auditer 4 stations de pesage, et au final un rapport a été dressé avant la saisine du Tribunal criminel spécial (TCS).

Cette affaire est prise très au sérieux par le Mouvement démocratique de conscience nationale (Modecna, opposition), qui demande au président de la République, qui a instauré ce système depuis 1988, «de présenter le bilan de la gestion des recettes générées par les différents postes de péage sur l’ensemble du territoire national».

Au-delà de cette formation politique, renchérit l’hebdomadaire Germinal, c’est toute l’opposition du pays, invitée à «sortir de l’impasse», qui est désormais mise face à ses défis et responsabilités contre un régime qualifié de déliquescent.

Un autre responsable haut dans les filets de la justice, et selon le quotidien à capitaux privés Mutations, c’est le commissaire de police d’Odza, un quartier de Yaoundé, la capitale, qui vient de voir son domicile perquisitionné à la suite de la découverte d’un réseau de délivrance de cartes d’identité à des étrangers dans son unité de commandement.

L’officier, explique la publication, avant d’être dénoncé par ses propres agents et de voir son domicile perquisitionné, prélevait une «taxe» de 120.000 FCFA pour chaque postulant à cette pièce, ses principaux «clients» étant des Rwandais en situation irrégulière.

Le même journal, au même titre que Le Quotidien de l’Economie, relaie les révélations du ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, faisant état de la saisie, à l’aéroport de la métropole économique, Douala, de 100 kilogrammes de méthamphétamine, une drogue dissimulée dans des sachets de café moulu et des boîtes de conserve.


Le phénomène de trafic de drogue, auquel le pays semble devenu familier, pourrait peut-être s’atténuer avec la mise en service, selon Cameroon Tribune, de deux nouveaux scanners pour la douane au port de cette métropole.

C’est le même Alamine Ousmane Mey, indique le quotidien gouvernemental, qui a inauguré la mise en service de ces portiques électroniques qui visent l’amélioration de l’environnement sécuritaire.

«En fait, parce qu’ils ne laissent rien passer sous leurs regards de radiographie, ils permettront de trouver aisément ce que l’ancien système pouvait ne pas voir et donc pas taxer. En plus, avec une capacité de 150 containers traités à l’heure, les scanners accélèreront la vitesse de traitement des marchandises reçues. Une vieille doléance des importateurs et exportateurs est ainsi satisfaite.»


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut