Eco et Business › L'Eco en +

Cameroun: Ces mesures susceptibles d’améliorer le climat des affaires

©Droits réservés

La mise en place d’un compte séquestre de remboursement des crédits de la TVA et la création des tribunaux de commerce sont quelques-unes des doléances formulées par le secteur privé lundi

La 8e session du Cameroun Business forum (CBF) s’est achevée lundi, 13 mars 2017, sur des propositions du secteur privé susceptibles d’améliorer le climat des affaires dans le pays. Objectif : faciliter des investissements privés avec pour visée la création d’entreprises compétitives et l’amélioration des conditions de vie des populations.

Présentées par le président de la Chambre du commerce, d’industrie, des mines et de l’artisanat (CCIMA), ces réformes sont : l’informatisation du registre du commerce, la réforme foncière en vue de faciliter l’accès de la terre aux investisseurs, la mise en place d’un compte séquestre dédié au remboursement des crédits de la TVA, la mise en place des points de paiement électronique, la création des tribunaux de commerce ainsi que la dématérialisation des procédures de passations des marchés publics.

Les assises placées sur le thème «Accroitre la compétitivité de l’économie à travers la facilitation du commerce extérieur», ont été l’occasion pour le Premier ministre de réitérer aux entrepreneurs locaux le souhait du gouvernement camerounais de les voir multiplier les entreprises dans le pays. Et pour être incitatif, Philémon Yang a présenté des réformes déjà entreprises pour la cause. Il s’agit notamment de : «la réduction des délais d’obtention du permis de construire, la mise en place des procédures de conciliation de l’Ohada pour les entreprises en proie aux difficultés financières, la promulgation de la loi fixant le capital social minimum (100 000 Francs CFA, Ndlr) pour la création des sociétés à responsabilités limitées (SARL)», a-t-il souligné dans son propos introductif.


Mais pour ces hommes d’affaires, les autorités devraient également réduire la complexité du système-fiscal en vigueur, du déficit d’infrastructures, et mettre un terme à l’inefficacité certains leviers de facilitation des du commerce extérieur.

Ils demandent en outre que soit effectuée la promotion de la sous-traitance dans l’exécution des marchés publics, des améliorations dans la qualité des services de télécommunications, la dynamisation des activités du guichet unique des transactions foncières, la facilitation des procédures d’accès au crédit et le désenclavement des bassins de production.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut