Eco et Business › Agro-industrie

Au Cameroun, les productrices de café se mobilisent

©Droits réservés

L’Association des Femmes camerounaises dans le Café (AFECC) a organisé son Assemblée générale le 19 avril 2017 au Palais des Sports en marge du FESTICOFFEE. Au cours des travaux, il ressort que l’association doit œuvrer pour que la femme africaine s’affirme chaque jour davantage dans la caféiculture.
Et l’expression de cette affirmation est dévoilée à travers la femme camerounaise par sa présence, ses actions, son implication de plus en plus déterminantes le long de la chaîne des valeurs,  » De la Pépinière à La Tasse »De la Production à la Consommation, en Passant par la Torréfaction, la Transformation, la Commercialisation », indique Tomaïnou Ndam Njoya, présidente de l’association.

Née en 2015 en marge du Festicoffee le plus grand festival international du café au Cameroun l’ AFECC vise à magnifier le rôle encore méconnu de la femme dans la culture du café au Cameroun. «La femme est un peu le nègre dans la filière café. On croit faussement que ce sont les hommes qui cultivent le café. Ils savent davantage le vendre. Le café est cultivé par les femmes », s’est indignée Mme Ndam Njoya confie l’un des organisateurs de l’évènement.


En effet, dans les principaux bassins de production de café au Cameroun que sont l’Ouest et le Nord-Ouest. Les us et coutumes traditionnelles ne reconnaissant pas jusqu’ici aux femmes, le droit d’être propriétaires des terres. La terre appartient traditionnellement aux hommes, et les femmes la cultivent tout simplement. Aussi, est-il rare d’avoir des femmes productrices de café au sens strict du terme, même si celles-ci essaiment les plantations de café appartenant aux hommes, et dont elles n’ont généralement aucun moyen de contrôle sur les revenus.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut