Société › Société

Crise anglophone: pas d’année blanche au Cameroun

© Droits réservés

Telle est la quintessence du communiqué de la Direction des examens des concours et de la certification et du Général certificate of education board qui a fixé au 28 février la date limite des candidatures aux examens officiels  

La Direction des examens des concours et de la certification (DECC) et du Général certificate of education board (GCEB) met un terme aux allégations relatives à une éventuelle année blanche dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ladite structure a appelé les élèves aux différents examens à déposer leurs dossiers de candidature aux différents examens avant le 28 février prochain.

Selon un communiqué publié par l’instance et diffusé sur la radio publique ce mardi 21 février, les listes provisoires des candidatures aux examens relevant de son ressort seront consultables dès le 24 février.

Ce délai – initialement reprogrammé au 27 janvier – survient dans un contexte marqué par une situation de crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, où une grève d’enseignants récupérée par les organisations de la société civile paralyse les activités scolaires depuis plus de trois mois.

Le 21 novembre dernier, des enseignants anglophones du Nord-Ouest avaient observé un mot d’ordre de grève pour réclamer une reconfiguration de leur sous-système éducatif. Cette manifestation était, par ailleurs, organisée en soutien aux avocats anglophones qui venaient de subir des violences militaires après une marche pacifique.

La manifestation des enseignants avaient tourné à l’émeute. Des mouvements sécessionnistes avaient fait entendre leurs voix, appelant aux villes mortes dans les deux régions.


Le 09 janvier, jour de la rentrée scolaire du deuxième trimestre, le Consortium de la société civile du Cameroun occidental avait appelé les populations à cesser toutes activités. Ce mot d’ordre et tous les autres qui ont suivi ont été respectés.

La récente reprise des cours dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest continue de se faire progressivement.

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut