Personnalités › Success Story

Décès de la sénatrice camerounaise, Delphine Medjo

L’élue du Rassemblement démocratique du peuple camerounais s’est éteinte jeudi au Centre hospitalier universitaire de Yaoundé où elle était internée, à l’âge de 75 ans

La sénatrice du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) pour la Mvila, Delphine Medjo, par ailleurs membre du comité de politique du comité central du RDPC est décédée jeudi, 22 septembre 2016, au Centre hospitalier universitaire (CHU) de Yaoundé. Elle était âgée de 75 ans.

L’annonce de sa mort survenue aux premières heures de la journée été rendue publique par le secrétaire général du comité central du RDPC, Jacques Fame Ndongo, puis par la radio publique qui a relayée l’information jeudi dans son édition du journal parlé de 17h.

Institutrice de l’enseignement général, Delphine Medjo née en 1941 à Douala, est issue de la première promotion de l’Ecole normale de Nkongsamba. Elle a enseigné à l’école publique de New-Bell Bassa à Douala, à l’école publique d’Adoum et à l’école urbaine d’Ebolowa avant d’être nommée inspecteur de l’enseignement primaire et maternel, puis inspecteur provinciale dans le Sud.

C’est en 1962 que Delphine Medjo se lance dans la politique. Elle intègre alors l’Union camerounaise (UN), le parti unique sous le président Ahmadou Ahidjo. En 1969 elle y est est élue présidente départementale de l’Organisation des femmes de l’union nationale camerounaise (Ofunc) qui regroupait l’actuel département de la Mvila et celui de la Vallée du Ntem. En 1985 elle intègre le RDPC et devient conseiller municipal dans la commune d’Ebolowa et en 1988 elle entre au Comité central du RDPC.

Le 14 avril 2013, Delphine Medjo est élue à la première élection sénatoriale du Cameroun. Elle est aussi la fondatrice de l’Association des dames responsables du RDPC à Ebolowa.


La regrettée laisse derrière elle sept enfants, de nombreux petits-fils et arrières petits-fils éplorés.

La regrettée Delphine Medjo

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut