Société › Kiosque

«Demofem»: sur les sentiers de la parité de genre au Cameroun

Le premier numéro de la publication piloté par Justine Diffo, coordonnatrice national du réseau More Women in politics, est paru en septembre 2016

Le réseau «More Women in politics» vient de doter le Cameroun d’un nouveau journal spécialisé dans la promotion de la parité hommes/femmes. Baptisé «Démocratie au féminin» (Demofem), la publication d’une dizaine de pages et comptant quatre principales rubriques que sont actu Demofem, dossier, comme elle et analyse, est l’instrument d’un plaidoyer en faveur d’un meilleur leadership féminin.

Le numéro 001 de «Démocratie au féminin» est donné à lire au public depuis le mois de septembre dernier et continuera de paraitre suivant une périodicité de trois mois.

Signant le premier éditorial de Demofem, la coordonnatrice de More Women in politics, Justine Diffo, donne le ton sur les défis qui seront ceux de cette nouvelle presse, «contribuer à l’amélioration de la démocratie camerounaise par le développement d’une culture démocratique et citoyenne chez 500 000 femmes, en vue de promouvoir la paix pré et post-électorale au cours des futures échéances électorales d’ici à 2018 et favoriser une meilleure expression du déterminant genre dans la gestion publique».

Entre des reportages, des analyses, des interviews. Demofem ne lésine sur aucun genre journalistique pour engager le lecteur dans la lutte pour une participation massive des femmes à la politique.

Son contenu est adressé aux organisations de la société civile, aux parlementaires locaux et élus de la nation, aux membres du gouvernement et à toute autre organisme et acteurs de ce secteur social.


«Sur le chemin de la gouvernance, des mesures concrètes s’imposent» nous dit la presse dans un des titres d’articles qui composent le menu. Autre sujet développé : «Les élections de 2018 se préparent maintenant!» ou «Partis politiques et leadership politique féminin au Cameroun, une synergie s’impose».

Pourquoi parler de femmes sans rentrer dans leurs vécus? Le portrait du trimestre est consacré à Delphine Tsanga qui siège, à 81 ans, comme membre du Conseil électoral depuis 2011. Dudit texte nous apprenons que cette native de la région de l’Est a été la première femme ministre du Cameroun, après la nomination en tant ministre de la Santé en 1970.


Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut