Personnalités › Jeunes talents

Edgard Salli: «Après une année difficile à Monaco, j’ai recommencé à jouer régulièrement»

Le jeune ailier parle de ses débuts à Lens et évoque le match décisif du 17 novembre entre le Cameroun et la Tunisie

La victoire face à Nîmes a été difficile à se dessiner.
C’est vrai, on a eu un peu du mal dans ce match. Nous avons bien commencé, mais à force de louper les occasions, l’adversaire s’est mis en confiance et du coup s’était difficile pour nous. Heureusement que le coaching (d’Antoine Komboaré, Ndlr) est payant. Sur un mauvais revoie défensif dans l’axe, Adamo Coulibaly qui venait de faire son entrée comme moi a inscrit le but libérateur. Avec cette victoire, (la sixième depuis le début de la saison, Ndlr), nous sommes sur le podium avec 21 points, quoi qu’il arrive lors du match de clôture de la 11ème journée entre Metz et Brest.

Comment se passent tes débuts à Lens?
Je m’adapte bien. J’ai été très bien accueilli par tout le monde. Je suis arrivé avec un retard de deux semaines par rapport au début de la préparation des autres. Physiquement, je me sens de mieux en mieux. A Lens, il n’y a pas autant de soleil qu’à Monaco, mais çà va. Après une année difficile sur le Rocher, j’ai recommencé à jouer régulièrement. En fonction des choix tactiques du coach, je joue sur les côtés ou dans l’axe, comme meneur de jeu. J’ai joué les 25 dernières minutes aujourd’hui (samedi dernier lors de Lens-Nîmes 1-0, Ndlr), c’est un choix du coach. J’étais titulaire lors des deux derniers matches et çà s’est bien passé. Après 11 journées, j’ai joué dix matches. Et chaque fois, j’essai de me défoncer au maximum. L’objectif étant de contribuer à hisser mon équipe en Ligue1.

Vos performances en club on permit à ce que vous soyez de nouveau sélectionné en équipe nationale du Cameroun. Est-ce que le rendez-vous du 17 novembre est déjà inscrit dans un coin de votre tête?


Non ! Je suis un professionnel. Je me prépare match après match. Actuellement, je suis focalisé sur les matches de championnat. Le match décisif contre la Tunisie à Yaoundé est dans un mois, j’aurai le temps d’y penser. Au match aller, j’étais remplaçant, mais j’étais surtout heureux d’être dans ce groupe. En sélection, je ne me prends pas la tête. Je sais que l’avenir m’appartient. Dès que j’aurai l’opportunité de jouer, je démontrerais ce dont je suis capable, comme je l’ai fait dans les catégories jeunes (Il a été élu meilleur joueur de la Can junior en 2011, en Afrique du Sud). A Tunis, lors du match aller, nous avions les capacités de faire mieux qu’un nul, mais nous sommes tombés sur une bonne équipe tunisienne. Lors du match retour, il faudra bien commencer le match et surtout tout donné pour n’avoir aucun regret. A Yaoundé, on comptera sur le soutien de notre public pour obtenir notre ticket pour le Mondial brésilien de 2014.

Edgard Salli

www.journalducameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut