Dossiers › Focus

Françoise Collet: « l’Université de Dschang n’est pas une université déconnectée de la réalité »

À l’issue de son séjour à l’Uds, le 14 avril dernier, le chef de la délégation de l’UE au Cameroun, s’est prononcé sur ce qu’elle a pu voir et entendre

Quelle est l’idée que vous gardez des étudiants l’Université de Dschang à l’issue de cet échange avec eux?
L’idée que je garde est extrêmement positive. Je dois dire que j’ai été impressionnée par la qualité des questions et du débat. Je note avec beaucoup de satisfaction l’intérêt que les étudiants portent sur l’Union européenne, les questions d’actualité dans le monde et le développement et de leur propre pays. Nous avons aussi évoqué la coopération universitaire et la possibilité d’étudier en Europe. J’ai confirmé le très grand intérêt des Etats européens à accueillir les étudiants camerounais. Cette volonté est confirmée par les chiffres dont nous disposons. Dans certains pays de l’UE, les camerounais constituent la première ou la deuxième communauté estudiantine africaine. La qualité de l’université camerounaise est à saluer. Le niveau de formation ici permet de rattraper les cursus en Europe.

Quelle est l’image que vous gardez de l’institution universitaire qui vous a accueillie aujourd’hui?
Mes impressions sont extrêmement positives. L’organisation était parfaite. Le Recteur était avec moi pour la modération des échanges. Je lui sais gré pour cela. Il conduit cette université des mains de maître, avec l’aide de tout le corps professoral. Il y a réellement un très grand dynamisme ici. Ce que j’ai remarqué de plus important encore, c’est le lien qui existe entre l’université et la municipalité. L’Université de Dschang n’est pas une université déconnectée de la réalité, et de la gouvernance locale plus précisément. Elle est réellement au c ur de la ville et c’est véritablement le sens dans lequel on voudrait la voir aller.

Quel était le menu des échanges que vous avez eus avec le Recteur dans son cabinet?
Nous avons évoqué le rôle et la place de l’Université de Dschang sur l’échiquier national et international, ses ambitions, ses intentions en matière de coopération et de partenariat dans différents domaines, particulièrement en matière d’environnement et d’agriculture. Nous avons également parlé du développement de cette université, laquelle est passée d’une école de formation agronomique à un ensemble comprenant sept établissements qui offrent des formations dans différents domaines, tous ouverts sur le monde et avec des étudiants extrêmement dynamiques et bien intégrés dans leur milieu. Nous avons également parlé de la diversité au sein de l’Uds. J’ai noté qu’elle accueille des étudiants de plusieurs nationalités, notamment du Tchad, de la RCA, du Gabon. Ceci est également un signe de dynamisme.


Article suivant: Françoise Collet évalue le projet MaGeTV implémenté par la commune de Dschang

Article précédent: Expertise: des enseignants-chercheurs de l’Uds ont participé à un projet financé par l’UE

Françoise collet, chef de la délégation de l’UE au Cameroun, à l’issue de sa conférence à l’Université de Dschang

Ulrich Tadajeu)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut