Eco et Business › Finance

Gestion des zones forestières: l’UE accorde 2,4 milliards de F au Cameroun

©Droits réservés

Ces fonds serviront à l’implémentation du programme « LandCam: sécuriser les droits liés aux terres et aux ressources et améliorer la gestion des zones forestières du Cameroun »

La ville de Yaoundé a abrité jeudi, 09 mars 2017, la cérémonie de lancement  du programme de l’Union européenne « LandCam: sécuriser les droits liés aux terres et aux ressources et améliorer la gestion des zones forestières du Cameroun« .  Celui-ci a reçu une subvention de 3,6 millions d’euros (2,4 milliards de Francs CFA) pour optimiser la bonne gouvernance foncières des zones forestières du pays.  Objectif : améliorer la gestion des ressources naturelles tout en protégeant les intérêts des populations en milieu rural.

Des zones forestières, le Cameroun en possède deux types. Notamment, les domaines forestiers permanents, comprenant 116 unités forestières d’aménagement, 56 réserves forestières, 37 aires protégées et 60 forêts communales. A ceux-ci s’ajoutent des domaines forestiers non permanents constitués de 446 forêts communautaires, selon une cartographie des domaines forestiers du Cameroun élaborée en décembre 2015 par la World Resources Institute (WRI) et le ministère des Forêts et de la Faune (Minfof).

L’Union européenne (UE) confirme par cet appui son intérêt pour la bonne gouvernance foncière, condition indispensable pour améliorer les ressources et la sécurité alimentaire des agriculteurs et populations en milieu rural. Au Cameroun, le projet LandCam vise à soutenir les efforts du gouvernement pour améliorer la gestion des terres et des ressources naturelles, par la promotion d’une gouvernance foncière plus efficace.

De manière spécifique, il contribuera à renforcer le dialogue autour de la réforme en cours des lois foncières, forestières, minières et environnementales.


De nombreuses parties prenantes collaboreront à ce projet européen: administrations centrales et décentralisées, autorités traditionnelles, société civile et secteur privé. Grâce à ce projet, un processus de décision efficace et inclusif sera mis en place et les capacités des parties prenantes seront renforcées. Ces résultats seront réalisés à travers des activités de plaidoyer, d’apprentissage et de suivi, en liaison avec les dialogues politiques internationaux.

A travers ce programme, l’UE appuie l’initiative LPI (Land Policy Initiative) et la FAO à mettre en œuvre les « directives Volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers, pêches et forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale (VGGT) » et le « cadre et lignes directrices sur les politiques foncières en Afrique (F&G)« , adoptées par l’Union Africaine (UA).

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut