Personnalités › Jeunes talents

Ismael Nzouetom: La start-up s’installe au Cameroun

Ce jeune entrepreneur a ouvert depuis novembre la filiale de I.Dispo qui est une solution décisive dans un monde où tout évolue rapidement

A 31 ans révolus, ce jeune prodige plonge les problèmes quotidiens dans un monde virtuel, avec pour résultats, des solutions immédiates et efficaces. Après avoir parcouru les plus grandes entreprises françaises pionnières dans la conception et la construction des logiciels, Ismaël se lance depuis 2010 à la conquête des soucis du monde. Pour y parvenir, le label I.dispo se place en s’imposant désormais comme une solution décisive dans un monde où tout évolue rapidement. En un clic, Sara la réceptionniste virtuelle est disponible à toute heure. Il est désormais possible au Cameroun en une intention, de retrouver le restaurant le plus proche, le dentiste le moins éloigné. Egalement, pour gérer son temps et son porte-monnaie, l’on n’a plus besoin de se déplacer. Il suffit d’exprimer son besoin, quelques minutes suffisent à Sara pour rapporter, conseils et orientations.

Si cette initiative novatrice et innovante sur les habitudes humaines à pignon sur rue en Europe centrale où elle a trouvé un point d’encrage dans les habitudes, la réalité au Cameroun se présente autrement. A la première lecture, les paramètres culturel et économique dans notre pays restent l’obstacle majeur. Pour avoir osé, Ismaël et son équipe croient dur comme fer que le simple potentiel que présente le Cameroun, est un élément galvanisant et catalyseur. C’est pourquoi, la ville de Douala pour son activité économique danse et son caractère de métropole de transit dans la sous-région est choisi. D’autres obstacles subsistent et non des moindres. Le Cameroun comme pays pilote et pionnier en Afrique centrale, fait face tout de même à une couverture internet très faible, soit 3% du taux de pénétration. Loin d’être un obstacle, le fondateur, Pdg de I.Dispo y voit une occasion idoine, de réduire la fracture numérique ostensible en ce moment. En y développant cette activité, force est de reconnaitre que les habitudes peuvent changer surtout qu’une option d’éducation et de sensibilisation est envisagée.

D’ailleurs, c’est bien possible, car avec la position que la start-up I.Dispo occupe dans toute l’Europe, il y a de quoi espérer une plus value pour le Cameroun. Désigné par Microsoft comme étant parmi les 15 start-up prometteuses de l’Europe, le partenariat que cette entreprise dont les activités sont essentiellement virtuelles vient d’établir avec Mtn-Cameroun, promet des lendemains qui chantent. Quoi qu’il en soit, au cours d’une collecte de fond, il vient de lever 1 000 000 euros en vue de lancer et d’étendre ses activités en Europe, En Amérique et en Afrique.

Un parcours hors du commun
Cette réussite a été conditionnée par plusieurs facteurs favorables à un parcours atypique. Né d’une fratrie de 4 enfants donc il est le 2ème et le seul garçon, Ismaël Nzouetom est le fruit de la rigueur d’une mère institutrice et d’un père infirmier méticuleux. Il voit le jour le 3 mars 1982 à Bangangté dans le département du Ndé. Il y passe une partie de sa scolarisation primaire avant de rejoindre Yaoundé où il subit l’essentiel de son parcours scolaire et secondaire. Après avoir habité Nlongkak, la famille va définitivement s’installer à la cité verte où vivent encore ses parents.

Après un Bac F obtenu au lycée technique de Nkol-bisson une banlieue de Yaoundé, il fera partie de la première promotion de l’Institut universitaire de technologie (Iut) de Bandjoun d’où il en sort nanti d’un Dut en génie télécom et réseau. Grâce à une bourse d’excellence de la Francophonie, il pose ses valises en 2002 à l’université de Paris XIII. Il en sort diplômé de Gallilée en 2005. Très vite, il est sollicité par une société de service informatique, spécialisée dans le développement de progiciels. Un an plus tard, il est débauché par British Telecom. En 2007 il pose ses valises au siège de Microsoft France, l’un de ses plus gros rêves. Il y travaille pendant trois ans avant de mettre en place son projet I.Dispo. Nourrissant le v u de s’installer à son propre compte, il va compléter sa formation de base par un diplôme en stratégies et finance. Lauréat du prix national de la stratégie, il va passer quatre mois de stage intensif au Founder Institute, situé dans la Silicon Valley aux Etats-Unis. Ce sera le tournant décisif de sa vie entrepreneuriale. Il va y rencontrer de nombreux créateurs de projets et décide d’aller dans ce sens. Il développe alors, son projet I-dispo et démissionne de chez Microsoft en 2010 pour se mettre à son compte.


Le projet voit donc le jour à Paris et s’étend progressivement sur l’Europe centrale. En novembre 2012, le Cameroun est choisi pour la phase pilote sur l’Afrique. La Silicon Valley et le Canada sont le chantier de ce jeune entrepreneur qui pense qu' »il ne faut pas compter sur l’Etat, mais il faut oser ». S’il ne s’intéresse pas à la politique, il croit par ailleurs que l’entrepreneuriat est le véritable socle du développement d’une nation. Pour lui, si le Cameroun s’arrime au même pas technologique que le Ghana et le Kenya, notre pays créerait plus d’emploi rien qu’à partir des technologies innovantes. C’est d’ailleurs le combat qu’il s’est fixé avec certains de ses compagnons. Soutenir à travers l’Afrique, des projets accélérateurs de start-up dans les 3 prochaines années. Aujourd’hui, grâce à ses efforts, il emploie directement une trentaine de jeunes à travers le monde et une dizaine indirectement. Pour une entreprise qui n’a que 3 ans d’âge, l’avenir est prometteur à plusieurs égards.

Ismael Nzouetom, jeune entrepreneur

journalducameroun.com )/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut