International › APA

La Gambie enquête sur des tirs par des soldats de l’ECOMIG

Les autorités gambiennes sont en train de mener une enquête sur un échange de tirs qui a eu lieu jeudi entre des soldats des forces armées gambiennes (GAF) et des éléments de la force sous régionale (ECOMIG), au duquel trois soldats gambiens auraient subi de graves blessures.Le responsable des relations publiques de l’armée gambienne (GAF), le lieutenant-colonel Omar Bojang, a confirmé l’incident et a déclaré que “c’était le résultat d’un malentendu entre les deux forces frères”.

Il a ajouté que la question “a été résolue et que la situation est revenue à la normale”.

Le porte-parole des forces armées de la Gambie a annoncé “qu’il n’y a aucune raison de se faire des soucis car la question a été correctement traitée en bon moment”.

Des sources fiables au sein des GAF ont confié vendredi à APA que l’incident s’était produit à Kanilai, le village d’origine de l’ancien président Yahya Jammeh, où il a maintenu une deuxième résidence officielle et aurait été déclenché par les troupes de l’ECOMIG qui imposaient des restrictions sur des zones du village qui est actuellement sous surveillance militaire, depuis le départ de Jammeh.

En attendant, le Ministre de l’intérieur de la Gambie, Mai Ahmed Fatty a convoqué une conférence de presse vendredi dans la foulée de la confrontation du jeudi entre des soldats gambiens et leurs collègues de l’ECOMIG.


Le président Adama Barrow, qui a autorisé le déploiement des forces d’intervention de la CEDEAO dans le pays pendant la crise post-électorale, ne s’est pas encore prononcé sur la question.

L’ECOMIG est la Force d’intervention militaire de la CEDEAO déployée en Gambie lors de l’impasse politique de janvier 2017, après que Yahya Jammeh a perdu l’élection présidentielle de décembre dernier, pour ensuite en rejeter les résultats et refuser de démissionner.

Les forces de l’ECOMIG ont été les principaux artisans de la démission forcée de Jammeh, qui a par conséquent quitté le pays pour s’exiler en Guinée équatoriale, ouvrant ainsi la voie à Adama Barrow, le vainqueur du scrutin.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut