Culture › Mode

La mode et l’art pictosculptural s’invitent au Musée national

Les artistes camerounais Jean Michel Dissake et Ben Bon Binyoto présentent leurs uvres au grand public du 22 avril au 18 mai 2016 à Yaoundé

Des lianes aux formes attrayantes affichant des allures de sculptures, des pneus changés en vêtements, en parures. Il n’en fallait pas plus pour faire le charme de la cérémonie solennelle d’ouverture de la première édition de l’exposition « Âme nature ». Sous la pleine lune et le vent frais qui soufflait sur l’esplanade du Musée national de Yaoundé mercredi 21 avril 2016, le public a pu découvrir des uvres dotées d’une insoupçonnable originalité. De la prestation scénique des danseurs au défilé de mode en passant par la présentation de « sculptures », la soirée s’est voulu être un appel au retour à l’« africanité ».

Arborées par des modèles dont les peaux couleur ébène étaient recouvertes de peintures noire et blanche, 20 tenues du créateur Ben Bon Binyoto ont été présentées au cours d’une parade, le temps d’une trentaine de minutes. Au passage de chacune des créations de cette collection, des applaudissements se laissaient entendre ; un constat manifeste, révélateur de ce que le doigté du styliste a su faire l’unanimité. En 03 mois, l’auteur a su mettre en exergue son leitmotiv « African Way of life » qui se veut l’expression d’un besoin de réappropriation de la fierté de faire partie d’une terre riche de valeurs séculaires: l’Afrique. Ainsi, entre bambou, ébène, fibres végétales, caoutchouc et alu, Ben Boinyoto est parvenu à concevoir, réaliser des vêtements et accessoires remarquables.

Après la parade, toute l’attention de l’assistance était tournée vers l’artiste plasticien Jean Michel Dissake qui a présenté ses multiples réalisations disposées sur l’esplanade du Musée national de Yaoundé à travers une mise en scène signée Martin Ambara, dans un décor hors du temps. Des réalisations associant lianes, métal, peinture dont l’alliage fait de lui le précurseur d’un art nouveau: la pictosculpture. Son objectif, mener à la « résurrection de la nature morte », afin que l’immatériel puisse primer sur le matériel, la paix dominer la violence et l’amour embraser la haine.

Au terme de la soirée, c’est sous un air de satisfecit que l’assistance a quitté les lieux. » c’est un réel plaisir de savoir que des artistes africains et surtout de chez nous, sont en mesure de nous offrir un spectacle d’une telle envergure », a déclaré par exemple Yvonne Ndongo, une visiteuse.

Organisée par le Ministère des Arts et de la Culture (Minac) et la société Subsahara Group, l’exposition « Âme nature » repose sur l’environnement, le recyclage et l’impact de l’Homme sur la nature. L’expo qui ouvre ses portes ce 22 avril 2016 s’achèvera le 18 mai prochain. De quoi laisser du temps à tous de célébrer le beau sous un genre nouveau, de redécouvrir au c ur de l’âme de dame nature, des valeurs sûres.


« Âme nature », une histoire de retour aux sources.

DDGA)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut