Opinions › Tribune

L’ambassade du Cameroun à Bruxelles tente d’empêcher la célébration de la semaine des martyrs

© Droits réservés

Alors que la neuvième semaine des martyrs du Cameroun se prépare activement à Bruxelles, nous venons d’apprendre par le canal de la police belge que l’ambassade du Cameroun,  a demandé d’annuler toutes les activités relatives à cette semaine

Après avoir essayé sans succès de corrompre certains membres du comité d’organisation de ladite semaine des martyrs pour qu’ils annulent les cérémonies.

Après avoir tenté vainement de faire interdire toutes les  activités par la police belge comme cela se passe dans le Cameroun de Paul Biya, des espions de l’ambassade sont en train d’écumer les réseaux sociaux afin d’infiltrer les réunions préparatoires de cet évènement annuel qui rend hommage aux camerounais assassinés en février 2008 au Cameroun.

Pour nous, patriotes camerounais, la couardise de l’ambassade du Cameroun à Bruxelles est simplement un signe avant-coureur. Il est annonciateur de la fuite du régime Biya qui refuse que l’on parle à l’étranger de ses multiples dérives.

Nous tenons à attirer l’attention des camerounais, des amis du Cameroun que la semaine des martyrs du Cameroun que nous organisons chaque année à Bruxelles et ce depuis la fin des émeutes de février 2008 n’a jamais été une semaine de violence.

Nos activités ont toujours été pacifiques et les autorités policières belges sont les mieux indiquées pour confirmer ou infirmer nos assertions.

Par ailleurs, nous informons le public Camerounais et belge que nous avons  pris l’engagement de nous tenir aux côtés du peuple camerounais pour obtenir réparation auprès des Camerounais victimes des affres du pouvoir de Yaoundé.

L’histoire retiendra  que l’ambassade du Cameroun à Bruxelles voudrait agir comme cela se passe au Cameroun en souhaitant que la police belge puisse interdire nos activités sur le territoire du royaume

Nous avons opté pour la démocratie pour aller de l’avant. Ne donnons pas la place à ceux qui veulent faire de la manipulation pour nuire à une activité qui n’est qu’une commémoration.

Nous dénonçons avec véhémence cette agitation diplomatique du régime de Yaoundé, expression à la fois de la peur, de la stratégie de contenance et de diversion visant à détourner l’attention du peuple camerounais de l’essentiel…

Nous maintenons à cet effet la mise en œuvre, contre vents et marées, de toutes les actions prévues dans notre feuille de route de cette année 2017.

Nous invitons tout Camerounais, tout amis du Cameroun, respectueux des valeurs républicaines, à participer activement aux activités relatives à la 9ième commémoration des martyrs du Cameroun pour défendre la République, menacée dans son existence et son fonctionnement par un pouvoir qui est prêt à assassiner en toute impunité le peuple camerounais pour se maintenir au pouvoir.

Plus que jamais, nous sommes convaincus que notre aspiration à la recherche de la vérité sur le massacre des Camerounais est gage de paix, de stabilité et de développement du Cameroun.

Nous voulons la paix. Nous la voulons dans l’amour. Cette paix que nous recherchons doit être fondée sur la vérité, la liberté, la justice, la fin de l’impunité…. Car autant la paix est nécessaire autant la cause des victimes doit être défendue.


Nous restons solidaires de notre peuple dont le sort nous préoccupe. Forts de notre mission d’éclairer les consciences, confiants en nos aspirations, nous continuerons d’apporter notre contribution au processus de pacification et à la coexistence de notre peuple dans la vérité, la justice et l’amour.

Fait à Bruxelles le 20 février 2017

 Les signataires

 – Thierry Amougou, fondateur et animateur du Crespol, membre fondateur de la Fondation Moumié

– Marcel Tchangue, porte-parole du Mouvement de février 2008

– Maître Bouopda, président de l’asbl CEBAPH- Antenne du Cameroun

– Roufaou Oumarou, président de l’APJE (Association pour la promotion de la justice et de l’éducation)

– Gisèle Emegue, présidente de Action Solidaire Internationale

– Kadji Elie, président du Code (Collectif des organisations démocratiques et patriotiques des Camerounais de la diaspora)

– Eric Nguemaleu, président de Solidarité Universelle Asbl

– Fabrice Njayou, président de Asma

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Retour en haut