Dossiers › Focus

Le Cameroun prévoit le rapatriement des réfugiés nigérians

Les autorités camerounaises et nigérianes ont convenu de la tenue à Abuja, au plus tard en juin 2016, d’une réunion avec le HCR, en vue du retour des réfugiés nigérians exilés au Cameroun

Le Cameroun et le Nigéria se sont mis d’accord pour la tenue, au plus tard en juin 2016, d’une réunion à Abuja avec le HCR pour examiner les modalités de rapatriement des réfugiés nigérians exilés au Cameroun et des déplacés, a-t-on appris ce mercredi, 04 mai 2016, à l’issue de la visite d’Etat de 48 heures, effectuée par Paul Biya, dans le pays que dirige son homologue Muhammadu Buhari.

L’annonce a été faite dans le communiqué conjoint publié par les deux parties ce jour, en présence des chefs d’Etat et des délégations des deux pays, par le ministre camerounais des Relations extérieures, Lejeune Mbella Mbella (pour la version française), et le ministre nigérian des Affaires étrangères, Geoffrey Onyeama (pour la version anglaise).

Le seul camp de Minawao, dans l’Extrême-Nord Cameroun, accueille déjà près de 60 000 réfugiés nigérians ayant fui les exactions de la secte Boko Haram. On recense officiellement dans le même sillage environ 170 000 déplacés camerounais qui ont dû abandonner leurs terres pour trouver l’abri dans des régions plus sécurisées de l’Extrême-Nord. A l’intérieur du Nigéria, l’Agence nationale de gestion des urgences (NEMA), avait enregistré au mois d’avril 2016 près de deux millions de déplacés du fait de l’insurrection de Boko Haram dans le Nord-Est du pays.

Ces populations devraient bientôt retourner chez elles avec les « succès enregistrés » sur le terrain contre le groupe terroriste, a relevé le communiqué conjoint.

Paul Biya et Muhammadu Buhari se sont entretenus hier au palais présidentiel nigérian, situé dans la capitale fédérale de la première puissance économique du continent. Les deux chefs d’Etat ont parlé de nombreuses questions liées à l’état de la coopération bilatérale Cameroun – Nigéria.

« Parfaite convergence et concordance de vues », a déclaré Paul Biya au Transcorp Hilton Hotel d’Abuja, après la lecture du communiqué conjoint et peu avant la conférence de presse donnée par les deux présidents.

« Cadre juridique commun » pour les terroristes
Les président camerounais et nigérian se sont félicités des « succès » remportés dans la guerre contre Boko Haram par les armées de leurs deux pays, ainsi que celles des pays de la Commission du bassin du Lac Tchad: Bénin, Tchad, Niger. Ils ont aussi salué les résultats de la Force multinationale mixte contre Boko Haram qui augureraient d’un prochain retour à la normale dans les zones qui ont été touchées par les combats.

Côté camerounais et côté nigérian, des individus soupçonnés d’être au service de Boko Haram ont été arrêtés et placés en détention. Il a été suggéré de mettre en place un « cadre juridique commun » entre le Cameroun et le Nigéria, en vue de leur comparution devant des juridictions, « conformément aux meilleures pratiques internationales », note le communiqué conjoint.

La visite de Paul Biya au Nigéria intervenait à la veille de la deuxième session du sommet sur la sécurité régionale, qui se tiendra à Abuja, le 14 mai 2016. Sommet sur lequel reposent de nombreuses attentes pour une meilleure coordination des différents engagements des Etats de la région pour lutter efficacement contre le terrorisme.

« Les volets militaires sont importants mais il faut un volet complémentaire, le volet économique », a cependant reconnu Paul Biya ce mercredi dans la capitale fédérale du Nigéria. Il a ainsi été suggéré de mettre en place des programmes de co-développement économique dans les localités frontalières entre les deux pays, localités qui ont souvent été « délaissées » par les deux Etats.

Perspectives


Parlant d’économie, le président Buhari a noté que le potentiel existant entre les deux pays reste encore à exploiter. Les deux chefs d’Etat ont demandé à leurs différents ministres de l’Economie d’envisager la tenue d’un forum d’affaires Cameroun – Nigéria, qui aura lieu à Abuja.

Au chapitre des perspectives, les deux présidents ont souhaité, entre autres points soulevés: l’achèvement des travaux du pont sur le Mayo-Tiel, qui reliera Demsa au Cameroun et Belel au Nigéria; la poursuite de la démarcation de la frontière entre le Cameroun et le Nigéria (longue de 2 100 km, elle traverse des montagnes et un désert au Nord et une forêt dense au Sud, et compte 21 points frontaliers maritimes); l’adoption de « mesures concrètes » pour la signature d’un accord frontalier dans le domaine des hydrocarbures.

Les chefs d’Etat des deux pays ont aussi souligné leur volonté d’avoir un cadre d’impulsion de leur coopération, à l’image de la Commission mixte Nigéria – Niger, présentée comme un outil bilatéral unique en son genre.

Le Cameroun et le Nigéria ont signé deux nouveaux accords hier.

Muhammadu Buhari, déjà présent au Cameroun en juillet 2015, a été à nouveau invité au Cameroun, ce après le séjour effectué par Paul Biya chez son voisin les 03 et 04 mai 2016.

Le président de la République fédérale du Nigéria « a accepté cette invitation », dont la date sera fixée par voie diplomatique, a-t-on appris à l’issue de la lecture du communiqué conjoint.

Paul Biya, après sa visite d’Etat au Nigéria, sur invitation de son homologue, a regagné Yaoundé mercredi, en fin d’après-midi. Le chef d’Etat camerounais a qualifié son séjour en terre nigériane d’« amical » et d’« utile ».

Article suivant: Plus de 56 000 réfugiés nigérians se trouvent au Cameroun (Buhari)

Article précédent: Paul Biya: « une nouvelle ère s’ouvre dans les relations entre le Cameroun et le Nigéria »


Unhcr)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut