International › AFP

Le Tchad annonce la fermeture de sa frontière avec la Libye

Face à une menace terroriste qui menace l’intégrité du pays de son territoire, le Tchad a déclaré les régions frontalières avec la Lybie zones: d’opérations militaires

Le Tchad a annoncé jeudi, 05 janvier 2017, la fermeture de sa frontière terrestre avec la Libye en faisant état d’ « une potentielle grave menace d’infiltration terroriste », dans un message radio-télévisé du Premier ministre, Albert Pahimi Padacket.

« Face aux périls qui menacent l’intégrité du territoire national, le gouvernement a décidé d’une part, se procéder à la fermeture de notre frontière terrestre avec la Libye, et d’autre part, de déclarer les régions frontalières de la Libye zones d’opérations militaires », a déclaré le Premier ministre tchadien.

Ces régions désertiques du Tibesti sont très peu peuplées mais sont le lieu de contrebandes diverses organisées par les populations qui vivent des deux côtés de la frontière, notamment les Toubous.

« Par ces deux décisions, le gouvernement entend parer à toutes éventualités susceptibles de troubler la quiétude de nos populations dans ces régions et de menacer la paix à l’intérieur de nos frontières », a-t-il ajouté.

Selon le Premier ministre, « dans leur débâcle, quelques groupes terroristes isolés ont convergé vers le sud de la Libye, c’est-à-dire à la frontière nord de notre pays qui se trouve ainsi potentiellement exposée à une grave menace d’infiltration terroriste ».

Le chef du gouvernement n’a fourni aucune indication sur l’identité de ces « groupes terroristes » ni aucune précision sur leur « débâcle » en Libye.

Le 12 décembre, un groupe rebelle tchadien, le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), avait affirmé à l’AFP que sa base arrière aux confins du Tchad et de la Libye avait été attaquée par les forces aériennes du maréchal libyen Khalifat Hart en dénonçant la « collusion » de ce dernier avec le président tchadien Drisse Déblayé Noroit.


Le FACT avait annoncé sa création début avril.

Cette rébellion est une branche dissidente de l’ex-Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD), mouvement fondé par l’un des plus influents chefs rebelles, le général Mahatma Souri.

En février 2008, l’UFDD, réunie avec d’autres rébellions au sein de l’Alliance nationale (AN) dirigée par Mahatma Souri, avait mené une offensive sur N’Djamena, arrivant aux portes du palais présidentiel où était retranché M. Déblayé, avant d’être repoussée par l’armée.

Photo d’illustration

Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut