Santé › Actualité

Les médecins appelés à boycotter une marche de soutien au chef de l’Etat

©Droits réservés

L’organisation Medcamer demande aux médecins de ne pas participer à une marche de solidarité au chef de l’Etat visant à le remercier des récentes dispositions en faveur des personnels médicaux

«Rester concentrés sur les engagements professionnels et déontologiques», tel est ce à quoi l’Organisation des médecins du Cameroun (Medcamer) appelle les professionnels de la santé exerçant dans la ville de Yaoundé. C’est que ces derniers sont attendus le 21 mars, pour une marche de remerciement – de l’Hôpital central au ministère de la Santé – au président Paul Biya qui vient d’instaurer la gratuité des soins et les primes pour les personnels médicaux contractuels.

«Nous trouvons cette injonction administrative irrégulière, infantilisante, ostensiblement contraire à toute éthique professionnelle et totalement dégradante pour l’image des personnels de santé camerounais. Nous invitons par conséquent chaque institution médicale et chaque médecin à ne point perdre de vue son devoir ni porter outrage à l’image du système de santé camerounais qui serait immanquablement écornée par la participation à cette marche forcée», indique Medcamer dans un communiqué publié en fin de semaine.

Des syndicats de personnels médico-sanitaires du Cameroun et celui des personnels et des entreprises de ce Secteur avaient appelé à l’observation d’une grève, courant mars, pour exiger la prise en charge des personnels malades, les mauvais classements des personnels de BAC+3 en 8ème catégorie (B1 et B2), l’octroi des primes aux personnels relevant du code de travail et l’harmonisation de l’âge de départ à la retraite.


En réaction à cet avis de manifestation, le président Paul Biya a procédé, le 06 mars, à l’institution de certaines primes cumulables avec celles déjà accordées à ces professionnels en fonction de leur catégories et de leurs échelons.  Il s’agit de la prime de technicité (elle va de 3 000 à 30 000 Francs CFA), de santé (elle va de 10 à 30 000 Francs CFA) et la prime d’astreinte (elle va de 6 000 à 1 500 Francs CFA).

Pour Medcamer, «il ne s’agit là que de l’amorce d’un long cheminement devant sortir le personnel médical et paramédical de la précarité, pour lequel nous confirmons notre engagement.»

L’Organisation appelle par ailleurs les médecins  à continuer exercer leurs tâches dans les hôpitaux respectifs mardi.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut