Opinions › Tribune

Le message du président du Modecna à la femme camerounaise

Bruno Deffo, photo d'illustration ©Droits réservés

Chères Concitoyennes, chères compatriotes

Comme chaque année, nous célébrons une nouvelle édition de la journée internationale de la femme. Cette 32ème édition a été placée sous le thème fort évocateur : «Les femmes dans un monde du travail en évolution : une planète 50/50 d’ici 2030»

Le 08 Mars est pour vous une journée commémorative de la victoire du droit sur la tyrannie dont est victime la femme. Comment ne pas s’en réjouir avec vous. Vous êtes tout le long de l’année en veille derrière les hommes ou bien souvent à leurs côtés comme maman, sœur ou épouse et c’est ensemble que nous conduisons cet autre lutte pour l’autonomie de l’Afrique et donc du Cameroun.

En tant que femme, fille et mère vous avez la responsabilité d’éduquer et d’élever nos enfants, le peuple du Cameroun vous le doit, alors vous êtes invitées à accompagner dans l’urgence ces programmes envisagés. Comme vous le savez, cette année encore c’est une journée qui se déroulera dans un contexte très particulier. En effet, notre pays traverse l’un des moments les plus tristes de son histoire, avec la guerre non conventionnelle que la secte «Boko Haram» impose à nos populations, en particulier celles de la région de l’Extrême-Nord, et à laquelle nos vaillantes forces de défense et de sécurité, qui comptent dans leurs rangs des femmes, font face avec héroïsme, le souvenir néfaste de la date du 21 octobre 2016 ou des milliers des nôtres périssaient à Eseka et autres. Je vous exhorte à avoir une pensée profonde, et là où cela est possible un geste de solidarité et de compassion pour les orphelins, les veuves et les veufs meurtris par ces événements tristes et douloureux.

Chères Concitoyennes, chères compatriotes

Cette journée doit vous aider à oublier vos difficultés quotidiennes, mais elle ne peut pas effacer la réalité profonde de notre société dont vous êtes le socle. Accordons-nous un tout petit instant pour regarder cette réalité en face. Le chômage et le sous-emploi de la gent féminine, demeure chronique, la sensibilisation et l’accent mis pour l’éducation de la jeune fille est encore faible. Dans les ménages, les femmes sont confrontées à des difficultés telle que : l’accès à l’eau potable, la famine et l’électricité qui demeurent des denrées rares et hors de portée de la grande majorité des familles camerounaises. Les soins de santé de base tels que l’accouchement, qui entraine encore la mort des centaines de femmes dans nos milieux hospitaliers (cf. cas Dame Koumatekel et autres), restent un luxe dans notre pays.

Face à ces souffrances des femmes, le régime en place est préoccupé par une seule chose : s’agripper au pouvoir par tous les moyens, y compris les plus sordides. Ces compatriotes qui prétendent parler en vos noms n’ont pas le temps pour régler les problèmes de la société camerounaise, et ceux des femmes en particulier, dans un pays où celles-ci représentent 55% de la population totale. Quelles sont les structures et infrastructures mises en place pour leur permettre d’écouler leurs productions agricoles ? Qu’ont-ils fait en matière de transport urbain, depuis l’alerte donnée par vos enfants, étudiantes, sur les conditions de transport moyenâgeux pour aller suivre leurs cours dans des conditions inhumaines ? Même à l’occasion de cette journée du 8 mars, qui est censée être un moment où chacun doit faire un effort pour vous entendre, ils vous bâillonnent, interdisent vos réunions publiques pourtant régulièrement déclarées. Ils n’ont que faire de vos problèmes. Le Mouvement démocratique de conscience nationale (Modecna) vous propose de tourner la page d’un régime qui, en 35 ans, n’a pas pu vous sortir de la misère dans laquelle elle nous a plongée, et ne le fera jamais au vu des statistiques. Le Modecna vous invite à adhérer à son programme tant attendu qui rentre en phase d’implémentation dans les jours avenirs. Il s’agit de:

-La Révolution Culturelle Ecologique (RECE): pourvoyeuse du plein emploi sur cinq ans pour un Smig d’au moins 200 000 frs CFA/mois. Ce programme en quoi nous croyons dur comme fer sortira le peuple camerounais de la misère en général et la femme en particulier.

-Le changement viendra de la participation massive au projet 15.000.000 à la prochaine élection. Ne vous laissez plus berner! Tout est possible, et tout dépend de vous, car lorsque la femme s’engage aucun obstacle ne lui résiste. Adhérer massivement à l’opération de la Coacic: 15.000.000 d’électeurs- 15.000.000 de votants et 15.000.000 de scrutateurs et contrôleurs du vote.


Inscrivez-vous massivement sur les listes électorales, et encouragez vos époux, vos enfants et vos connaissances à s’inscrire également. Soyons prêtes à voter et à défendre votre vote le moment venu. Le vrai pouvoir est entre vos mains car seul le nombre de votants comptent. Ensemble tournons la page par les urnes, et dans la paix, pour un jour nouveau dans notre pays.

Vive la femme camerounaise !

Bonne commémoration !

Vive le Cameroun !

Le président national

Bruno Deffo

 

 

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

A SAVOIR

- Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de Journalducameroun.com.

- JournalduCameroun.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

À LA UNE
Retour en haut