Société › Faits divers

Un militaire camerounais tué à la frontière avec la Centrafrique

Il a été poignardé au couteau par un Centrafricain à Cantonnier alors qu’il était en faction.

Un militaire camerounais a été tué par un Centrafricain ce mercredi 19 avril à Cantonnier, une localité de Garoua-Boulaï, ville camerounaise située dans le département du Lom-et-Djérem, région de l’Est, à la frontière avec la République centrafricaine, rapporte le Réseau des ONG de Promotion et de Défense de Droits de l’homme (Rjdh) sur son site internet.

Selon les témoins cités par le média, un jeune centrafricain était sur le territoire camerounais lorsqu’il a été interpellé par le soldat en faction.  Après l’interpellation, le Centrafricain a « refusé d’obtempérer ».

Face à ce refus, « le militaire a sorti son revolver et avancé vers lui. Plus rapide, il a sorti son couteau pour le poignarder », a expliqué une habitante de Cantonnier, cité par Rjdh.

Après avoir reçu un coup de poignard, le policier a tiré sur son vis-à-vis. Le jeune Centrafricain décède sur le coup. Le policier va quant à lui rendre l’âme sur le chemin de l’hôpital.


Les responsables de la police de la frontière ont confirmé l’information mais se sont réservés de tout commentaire, indiquant qu’ils n’étaient pas présents sur les lieux au moment de l’accrochage.

Le rjdh indique que le jeune homme serait originaire de Bossembélé au sud de la Centrafrique et il est  arrivé récemment à Cantonnier. Son corps est en train d’être ramené à Bossembélé.

Ce cas d’assassinat intervient après une visite du ministre de la Défense Joseph Yakété à Yaoundé en vue de discuter la situation sécuritaire des deux frontières dans une approche transfrontalière.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut