Société › Kiosque

Présidentielle américaine: des prières à la place du vote

Hillary Clinton ou Donald Trump? Les Américains font le choix ce mardi pour élire leur 45ème président de la république

Hillary Clinton ou Donald Trump? Les Américains font le choix ce mardi pour élire leur 45ème président de la république. Adieu Barack Obama qui remet officiellement les clés de la Maison Blanche en janvier prochain. Par le passé, on a connu des campagnes présidentielles américaines ou les candidats se focalisaient uniquement sur des sujets tels que l’impôt, l’assurance maladie, les relations avec la Russie, entre autres. Cette campagne qui s’achève aura été, du début jusqu’à la fin, orientée essentiellement sur des questions comme le racisme, l’islamophobie, l’immigration, le viol sexuel, l’autoritarisme. Autant de questions que l’on a jusque-là refusé de poser sur la table et d’en faire un débat aux USA. Pour certains observateurs très avertis, plutôt qu’à une élection présidentielle, c’est à un referendum que nous allons assister demain. A travers les visages de Clinton et Trump, les américains vont redéfinir leur identité, leurs institutions, leur relation avec le reste du monde. Tout ce qui a l’odeur d’un referendum.

Il faut remonter le temps jusqu’aux années qui précèdent la guerre civile pour voir les citoyens américains si massivement et passionnément s’impliquer dans le débat politique. Cette guerre civile-là fit tuer 2,5% de la population américaine. Au point où nous en sommes, personne n’est rassuré que le calme règnera dès la publication des résultats mercredi. Tant les positions sont étanches, fermes. Et ces derniers jours, les sondages ont montré les deux candidats au coude à coude.

Bataille ou pas, cette élection a déjà fait ses gagnants. Il s’agit des immigrants, des minorités et des femmes dont on comprend désormais mieux la condition difficile sur un sol se vantant depuis des décennies d’incarner la liberté et la démocratie. Le nom qui sera dégagé des ballots ce mercredi va signifier tout un verdict pour les cendrillons de la société américaine. Et comment ne pas s’étonner du comportement des deux candidats tout au long de la campagne. Au lieu d’un débat entre gens civilisés, ils se sont souvent échangé des insultes. Ils ont étalé en public la haine qu’ils ont l’un envers l’autre. Bref, des coups de gueule et révélations scandaleuses dignes d’un couple au bord du divorce. Quelle image? Si l’Amérique n’est pas nue, son futur « Commander in chief » ne sera certainement pas très écouté en tant que donneur de leçons sur la place internationale. Grâce à Donald Trump, on sait désormais qu’aux USA aussi, la machine de la fraude fabrique des présidents.Dieu seul sait combien de fois les USA ont crié à la fraude lors des élections en Afrique et par conséquent dénié la légitimité ou même coupé la tête de chefs d’Etat.

Si jamais c’est Hillary Clinton qui l’emporte, les USA risquent de ne plus avoir d’argument pour dénoncer, ailleurs, la corruption. Donald Trump l’a toujours accusé d’avoir renfloué les caisses de sa fondation avec de l’argent pris chez des corrupteurs à travers le monde. Son manque d’expérience en tout autre point qui n’est pas le business, ses scandales sexuels et son air bouffon ne feront sûrement pas de Donald Trump un foudre de guerre en face des autres chefs d’Etat. A la maison, beaucoup d’américain se disent déçus par le camp républicain de n’avoir pas trouvé mieux que Donald Trump comme candidat. Chez les démocrates, Hillary Clinton bat aussi le record d’impopularité. Conséquence, l’on observe de nombreux électeurs indécis jusqu’au derniers jour de la campagne. Plutôt que d’aller voter, beaucoup d’américains disent qu’ils se consacreront à la prière pour la paix dans leur pays aux lendemains des élections.



Droits réservés)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut