Politique › Institutionnel

Revendications des avocats anglophones: Paul Biya réagit

©Droits réservés

Le chef de l’Etat a prescrit, entre autres, un recensement des magistrats en vue d’augmenter les effectifs des magistrats anglophones au sein de la haute juridiction (Cour suprême).

Le président de la République du Cameroun, Paul Biya, apporte enfin des réponses aux revendications des avocats anglophones du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. C’est le ministre de la Justice garde des sceaux, Laurent Esso, qui a présenté les mesures y relatives jeudi, 30 mars, lors d’une conférence de presse tenue à Yaoundé.

La mouvement de grève des avocats anglophones lancé dans le Sud-Ouest et le Nord-Ouest au mois d’octobre dernier, visait à dénoncer le non-respect de la législation en vigueur au sujet des justiciables de la partie anglophone. Ces avocats protestaient contre l’inexistence de la version anglaise au Cameroun des actes uniformes de l’Organisation pour l’harmonisation du droit des affaires en Afrique (Ohada). En même temps, ils contestaient l’application du Code civil francophone dans les juridictions de ces régions qui sont purement de culture anglo-saxonne.


En réponse, le chef de l’Etat instruit le recensement des magistrats d’expression anglaise en vue d’augmenter leur effectif au sein de la haute juridiction ;  le redéploiement des magistrats tenant compte du critère linguistique ; la poursuite des matières non-encore uniformisées dans les universités anglophones en respect des spécificités de la Common law ; la création d’une Faculté des sciences juridiques et politiques à l’Université de Buea, il charge à cet effet le ministère de l’Enseignement supérieur de préparer les textes y afférents ; la création des départements de English law dans les universités de Douala, Maroua, Ngaoundéré et Dschang.

Paul Biya a également demandé que soit créé à l’Ecole nationale d’administrature et de magistrature (Enam), une section de la Common law. Cette mesure est adossée à une modification des textes organiques de l’Enam que devra diriger le ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Selon René Emmanuel Sadi, cette section sera chargée de l’enseignement en langue anglaise, outre les principes de la Common law, du droit camerounais déjà unifié et les principes résiduels du droit  germano-germanique.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut