Personnalités › Jeunes talents

Ruth Kotto: « J’ai commencé à chanter grâce à mon défunt Grand-frère Kotto Bass »

L’artiste musicienne qui a hérité du répertoire musical de son frère, le regretté « Kotto Bass », se confie à journalducameroun.com

Elle a hérité du répertoire musical de son frère, le regretté « Kotto Bass », qui a été et demeure une légende de la musique camerounaise et africaine. Elle est aujourd’hui une reine du Makossa. Sa voix d’ange est le reflet de sa simplicité cordiale. De son style vestimentaire raffiné, elle est radieuse et son chant nous fait rêver.

Bonjour, et merci de nous recevoir dans votre univers artistique.
Qui est réellement Ruth Kotto.?

Bonjour, je tiens tout d’abord à vous dire merci du soin que vous m’accordez avec cette interview. Ruth Kotto, est une jeune Artiste Chanteuse et aujourd’hui productrice de musique. Originaire du Cameroun, j’ai débutée en tant que Choriste. Issue d’une famille d’artistes : en dehors du regretté Kotto Bass, dans le domaine « audiovisuel », j’ai deux frères qui sont musiciens – Henri Kotto (qui est batteur), Titi Koko (Guitariste).

Quand Ruth Kotto n’est pas en train de chanter, que fait-elle?
Quand je ne chante pas, je travaille. Je vais à mon boulot quotidiennement comme presque tout le monde. Et m’occupe aussi de ma petite famille !

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans la musique (chanson). ?
Bah, Honnêtement je ne sais pas d’où cela m’est venu. Ça s’est révélé d’un coup. J’ai ressenti l’envie de chanter. Quand j’étais plus jeune, j’avais une folle envie de découvrir ce que c’était que l’art, je rêvais d’être styliste. Quelque temps plus tard, je me suis écartée de mon envie de stylisme pour laisser place à la Danse. J’ai monté un groupe quand j’étais encore au collège et dès qu’avec mon groupe on avait l’occasion on dansait et s’amusait sans plus. J’ai commencé à Chanter grâce à mon défunt Grand-frère Kotto Bass. je le voyais tout le temps chanter, et travailler avec les noms de la musique qui était d’actualité à cette époque. Toutes les musiques à la mode au Cameroun étant si près de moi, sans vraiment le préméditer, je me suis retrouvé dans ce magnifique milieu artistique !

La plupart des personnes qui font dans la chanson, rêvent de faire aussi carrière dans le cinéma. Est-ce aussi le cas pour vous. ?
Je pense que oui. J’admets, que j’ai cette timide petite envie qui habite en moi. Je ne guète uniquement pas le grand cinéma. Juste le niveau de l’humour me satisfera, je pense . Dans tous les cas attendons pour voir.

Quand vous étiez plus jeunes, à part votre frère, quel artiste vous a inspirée?
Il y en eut pas mal. Passionnée de musique je n’étais pas focalisée sur un artiste en particulier. Mais je peux dire que, chez les femmes : Bébé manga m’a beaucoup inspiré. Et par la suite chez les hommes Richard Bona. Mais mon frère Kotto Bass reste le pilier de mes inspirations.

Si un jour, vous deviez chanter avec un artiste camerounais, lequel serait-il.?
C’est compliqué, pour l’instant. Je ne peux pas me prononcer, car cette question demande une mûre réflexion ! Avant de chanter avec une personne, je pense qu’il faut avoir une affinité au moins qui rejoint nos travaux! Le chanteur camerounais Tchap’s m’ a marqué ma personne et j’avais bien voulu chanter avec lui, parce je l’ai accompagné dans mes débuts de choriste et j’aimais bien ce qu’il faisait ! Malheureusement, il est parti bien avant (décédé).

Selon vous, quels seraient les vrais problèmes dont souffrent les artistes aujourd’hui au Cameroun?
Je m’estime comme étant une personne très honnête. Soit je parle, soit je me tais.

Votre sincérité ne nous fera que du bien.
Les artistes Camerounais rencontrent beaucoup de problèmes sur le plan national et international. Le problème pourrait venir de nous car il est vrai que parfois nous manquons de discipline. Il nous faut faire preuve de professionnalisme en tout temps et en tout lieu pour être pris au sérieux. Nous avons aussi un souci de gérance sur nos droits d’auteur. Mais attendons de voir ce qui va se passer après les élections qui viennent d’avoir lieu à la Socam. Enfin je crois qu’il est temps que l’état prenne à bras le corps le problème de la piraterie pour que l’artiste retrouve la place dorée qui était la sienne avant. Et pour finir je crois qu’au Cameroun l’état ne développe pas assez de structures pour aider l’émancipation artistique. Il n’y a pas de conservatoire national de musique, pas assez de salles mythiques de spectacle, de cinéma, pas assez de salles pour des événements artistiques qui permettent à ceux qui aiment ce métier, de pouvoir le faire en toute grâce !


Ruth Kotto

journalducameroun.com)/n

Le Cameroun s’est doté d’un nouveau président pour gérer les droits d’auteur. Que pouvez-vous souhaiter à Ndedi Eyango?
Rire, Je crois qu’il faut donner la chance à tout un chacun et si Ndédi Eyango a été élu, Il faudrait lui laisser le soin d’exercer son mandat afin de voir ce qu’il peut nous offrir de beau ou de mieux.

Si vous étiez Ministre de la culture, qu’apporteriez-vous comme changement au sein de ce Ministère (s’il y a des changements à faire) .?
Rire. Rire. Rire. Je pense que j’aurais à construire des projets pour mieux vendre la culture Camerounaise sur le plan national et à l’international ! Des projets autour de la peinture, la musique, le cinéma, l’art en général. Puisque l’art tout comme la culture sont générateurs de revenus. Ailleurs on parle en millions de dollars pourquoi pas dans l’art camerounais ? Le Cameroun est l’Afrique en miniature donc il y a de quoi amasser de l’argent en faisant mieux la promotion de notre culture. Maintenant ce n’est pas mon rôle donc je fais confiance à ceux qui gèrent l’art camerounais.

Avec quelles personnalités artistiques avez-vous déjà travaillé, dans le monde?
Il va s’en dire que ça fait des années que je suis dans le métier. De choriste à chanteuse solo j’ai forcément travaillé avec beaucoup d’artistes de chez nous et d’ailleurs je vais vous citer : Césaria Evora,YRIAM MAKEBA, MANU DIBANGO (m’a fait l’honneur plusieurs fois dans son travail) , George Weiya, Werrason, OUMOU SANGARE, Monique Séka, Shala Muana, Joëlle Esso, Douleur, San fan thomas, Ben et Grace Decca, Ekambi Brillant, Tala André Marie, Nguéa Laroute et Ndedi Eyango(avec qui j’ai été en tournée en Chine) et bien d’autres. Je vais juste dire que ça a été et c’est toujours un bonheur de travailler avec des confrères artistes

Parlez-nous de votre nouvel album .?
Mon dernier Opus, s’intitule  »Bonam » en langue Duala du Cameroun qui veut dire la grâce ou la bénédiction en français. C’est un album à 8 titres, donc les compositions sont variées. Il a été réalisé par l’arrangeur camerounais Toto Guillaume qui a su m’amener à aller chercher plus loin dans mon inspiration et mes capacités vocales. J’espère que mes fans vont me suivre dans cette nouvelle aventure. J’invite surtout tous vos lecteurs, mes fans et tous ceux aiment la culture à se procurer mon dernier opus. Ils vont y trouver des musiques d’ici et d’ailleurs. J’espère avoir réussi ce pari. C’est un album que l’on classe dans la catégorie Word-music !

Quels messages, conseils voulez-vous partager avec vos fans et lecteurs?
Je tiens à remercier tous ceux qui vont me lire via ce panel et réaffirmer mon amour pour tous ceux qui m’ont toujours soutenu et qui continuent à le faire par les biais des réseaux sociaux où ils n’hésitent jamais à m’envoyer des messages et me laisser des encouragements. Je leur suis reconnaissante car c’est eux qui me portent plus haut depuis toutes ces années. Je leur dédie ce nouvel album .


journalducameroun.com)/n

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut