Eco et Business › L'Eco en +

Yaoundé accueille le premier forum de la diaspora camerounaise en Juin

© Droits réservés

L’évènement, organisé par le ministère des Relations extérieures, est ouvert à tous les Camerounais désireux d’investir dans la santé, les TIC, l’économie verte et les finances

Dans la quête qu’il mène pour attirer des investisseurs au Cameroun, le gouvernement se tourne vers des entrepreneurs camerounais résidant à l’étranger. Il a pour, ce faire, initié un Forum de la diaspora  (Fodias) dont la première édition se tiendra à Yaoundé du 28 au 30 juin 2017. Thème retenu : «Le Cameroun et sa diaspora : agir ensemble pour le développement de la nation».

Le Fodias a pour but de créer une plateforme de promotion et de renforcement des actions des Camerounais de l’étranger en faveur du développement du pays. Il est organisé dans un contexte marqué par la non reconnaissance de la double nationalité dans le pays.

Le président Paul Biya avait promis, il y a quelques années déjà, de revoir le texte du Code de la nationalité disposant que : «Perd la nationalité le Camerounais majeur qui acquiert ou conserve une autre nationalité de manière volontaire». Force est de constater qu’à ce jour, aucune modification n’a encore été apportée audit Code. Ce qui a pour conséquence d’écarter un bon nombre de Camerounais de l’étranger de la gestion des affaires du pays.


Selon un communiqué du ministère des Relations extérieures, Le Fodias 2017 est ouvert à tous les ressortissants camerounais désireux d’investir dans les domaines de la santé, de la sécurité sociale, de l’éducation et la formation, des TIC et de l’économie verte, de l’économie, des finances, du développement immobilier, des arts, de la culture, du tourisme, de la communication et des  relations publiques.

Le programme du Fodias prévoit, entre autres activités, des expositions, des rencontres B to B et B to G, ainsi que des conférences. Pour participer à ces travaux, les membres de la diaspora doivent se faire identifier auprès des missions diplomatiques  et des services consulaires camerounais, ce, avant le 30 mars.

0 COMMENTAIRES

Pour poster votre commentaire, merci de remplir le formulaire

À LA UNE
Retour en haut